Un Montréal innovant, une opportunité pour l’entreprenariat, retour sur le panel

“Un Montréal innovant, une opportunité pour l’entreprenariat”,
voilà le thème qui a réuni le 7 avril dernier à l’ÉTS les conférenciers de pointe : Pierre Laporte, président Deloitte, Olivier Bourbonnais, co-fondateur et directeur technologie chez SmartHalo, Alexandre Taillefer entrepreneur en série et associé chez XPND Capital, Louis-Phillipe Maurice, président et co-fondateur de Busbud. Face à ces personnes de renom, ce n’est pas moins que Damien Silès, le directeur du Quartier de l’Innovation qui a revêtu le rôle de Maître de cérémonie. C’est donc sans surprise que cette conférence a reçu un grand succès imposant la mise en place d’une liste d’attente pour les retardataires. Ainsi, le RETS est fier d’avoir assisté et co-organisé cet événement avec Énergie ÉTS, le CENTECH et le Quartier de l’Innovation, et remercie grandement les invités pour leur participation.
Devant un large et éclectique public, c’est dans une ambiance détendue et surtout captivante que chacun des conférenciers a pu partager tant ses avis, ses expériences que ses conseils. Organisé sous la forme d’un questions-réponses, trois grands thèmes ont rythmé les 45min de conférence : Entreprendre, Montréal et Innovation.
En une phrase, que devrions-nous retenir de ce panel ?
  • Si vous voulez entreprendre, c’est ici et maintenant.
Pourquoi ici, à Montréal ?
  • Car il y a actuellement une dynamique de l’entreprenariat et de l’innovation extrêmement puissante. L’une des forces de Montréal d’après LP. Maurice est d’abriter une communauté organique serrée de start-up, d’entrepreneurs, dans un réseau extrêmement dense.
  • Des événements de réseautage, d’innovation et d’entreprenariat se tiennent à chaque jour aux quatre coins de Montréal. Ceci représente une occasion unique pour tout nouvel entrepreneur de trouver l’aide, le soutien, les mentors dont il doit s’entourer, lui permettant de suivre le premier conseil d’O. Bourdonnais dont “mieux s’entourer” serait la seule chose à changer dans son parcours.
  • Le public a pu sentir l’affection des panélistes pour cette ville dont la dynamique nouvelle pouvait la faire surpasser ses faiblesses. En effet, P.Deloitte souligne le mauvais état des infrastructures, A.Taillefer parle lui du déficit de diplômés, quand L-P.Maurice voit le manque d’une entreprise “encre” à l’origine d’un écosystème attractif, tout ce à quoi la poussée de l’entreprenariat répond.
Pourquoi maintenant ?
  • S’adressant aux étudiants, A.Taillefer explique que l’absence d’attache facilite l’entreprenariat, que la suite, le succès, c’est de la chance. De manière plus générale P.Deloitte appuie sur le nombre records de programmes et d’outils d’aides actuels, c’est maintenant qu’il faut les saisir. C’est de concert que les conférenciers ont invité à innover.
Qu’est-ce qu’innover ?
  • Pour L-P. Maurice c’est avoir les idées les plus ambitieuses, les plus folles, se lancer et casser le statu quo. Comment innover d’après A.Taillefer ? Ne jamais craindre de parler de ses idées, ne pas les cacher mais les faire grandir ? Où faudrait-il innover pour P.Deloitte ? Dans l’augmentation de la productivité, dans la recherche de la valeur ajoutée.
Finalement, leur message commun est simple : La balle est dans votre camps, entreprenez !
Laure Cerisy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *